Mentir sur son CV peut constituer une faute grave (Cass. soc., 25 nov. 2015, n°14-21.521) 

La Cour de cassation a récemment rappelé que le fait d’avoir menti sur ses expériences et ses qualifications peut justifier un licenciement pour faute grave dès lors que ces critères ont été une condition déterminante de l’embauche.

La faute grave n’est cependant caractérisée que si le salarié est l’auteur de manœuvres dolosives. En l’espèce, le salarié avait volontairement dissimulé la réalité de sa situation professionnelle et l’identité de son ancien employeur au moment de son embauche de manière à tromper son nouvel employeur sur ses compétences.

L'Equipe

Pour toute demande d'information cabinet_at_jpkarsenty_dot_com